Didier GATHERON

Psychologue | psychothérapeute | psychanalyste

LE HAVRE

 

06 99 58 51 48

52 rue Deschamps  76600 Le Havre

QUI SUIS-JE ?

Psychologue clinicien, psychothérapeute et psychanalyste

Je suis Psychologue clinicien exerçant en cabinet libéral au Havre, titulaire d’un Master Professionnel de Psychologie clinique et Psychopathologie. Je suis Psychothérapeute inscrit au Registre des Psychothérapeutes de l’Agence Régionale de Santé de Haute Normandie.

Je suis également psychanalyste inscrit à l’Institut de la Société Psychanalytique de Paris. La Société Psychanalytique de Paris a vu le jour en 1926, elle est la première société de psychanalyse française et la seule à avoir été créée sous l’égide de Sigmund Freud. Les procédures suivies par cette société s’inscrivent dans le cadre des règles générales édictées par l’Association Psychanalytique Internationale (API).

L’API est une organisation fondée par Sigmund Freud en 1910 et qui depuis s’attache très soigneusement à définir et faire appliquer les règles de la formation et de la pratique psychanalytique au sein des sociétés nationales composantes.

Une longue expérience

J’ai travaillé pendant près de 30 ans en milieu hospitalier : en psychiatrie auprès d’adultes et adolescents, en pédiatrie (médecine enfant) ainsi qu’à la Consultation d’Évaluation et de Traitement de la Douleur Rebelle, en parallèle de mon activité libérale à laquelle je me consacre à temps plein depuis 2017.

 

MA PRATIQUE PROFESSIONNELLE

Comment puis-je vous aider, vous ou votre enfant ? En vous proposant au Havre un espace d’écoute confidentiel, neutre et bienveillant. Mais cela ne saurait suffire. Le psychothérapeute est tenu à une exigence de moyens : sa formation bien entendu en fait partie mais aussi le respect de règles techniques et éthiques. Parmi ces règles, il faut souligner l’importance du cadre de travail du psychanalyste tel qu’il est défini depuis de nombreuses décennies par l’Association Psychanalytique Internationale.

Ce cadre définit notamment les conditions matérielles dans lesquelles peut s’organiser le processus psychothérapeutique : le patientenfant, adolescent ou adulte – est toujours reçu à l’heure : c’est le psychothérapeute qui attend son patient, non l’inverse et chaque séance dure invariablement ¾ d’heure. Dans le même esprit, un quart d’heure sépare deux séances de sorte que mes patients ne se croisent jamais (je n’ai d’ailleurs pas de salle d’attente). La confidentialité de votre venue à mon cabinet est par conséquent respectée. Par ailleurs, sur le plan pratique, une place de parking privée est réservée à mes patients.

 

Pourquoi des séances d’une durée de ¾ d’heure ?

Eh bien parce que l’expérience montre que ce temps est nécessaire pour que le patient – jeune ou moins jeune – puisse s’« installer » dans sa séance, pour qu’il puisse prendre le temps de dire ce qui est souvent difficile à dire. Enfin et surtout, il faut du temps pour s’autoriser à laisser émerger des émotions, récentes ou anciennes, enfouies ou à fleur de peau, mais que seules certaines conditions permettent d’exprimer. Le patient a besoin de ce temps pour laisser émerger sa parole et ses émotions, le psychothérapeute a besoin de ce temps d’écoute pour entendre ce que la parole de son patient porte de significations et d’affects.

Parce qu’il a lui-même suivi une psychanalyse sur un temps suffisamment long pour résoudre ses propres conflits internes– ce qui demande de longues années – et parce qu’il a suivi un cursus de formation dans une société psychanalytique – ce qui demande aussi de nombreuses années – le psychanalyste peut proposer une écoute susceptible d’inviter le patient à s’ouvrir à son monde interne.

Notons que ce n’est pas parce que l’on va chez un psychanalyste que l’on va suivre ce que l’on appelle « une cure », c’est-à-dire être allongé sur le divan à raison de plusieurs séances par semaine. En revanche, on se donne la possibilité de mieux de connaître et par conséquent de mieux vivre en étant accompagné par un psychanalyste dans un processus psychothérapeutique.

LES PREMIÈRES CONSULTATIONS

Lors des premiers entretiens, nous ferons ensemble le point, nous envisagerons ce qu’il convient de mettre en place pour vous aider, vous ou votre enfant (jeune ou adolescent), en prenant en compte l’ensemble de votre situation.

À l’issue de ces premières consultations, trois possibilités s’offriront alors à vous en fonction de vos attentes :

  • Un suivi psychothérapeutique qui suppose de se rencontrer une fois par semaine. C’est le minimum pour qu’un véritable processus thérapeutique se mette en place.

 

  • Une psychanalyse : le patient est allongé sur le divan (dispositif qui favorise les associations d’idées ainsi que l’émergence des affects) à raison de plusieurs séances par semaine.

 

  • Pour les personnes qui le souhaitent, des rendez-vous ponctuels à leur demande.