Didier GATHERON

Psychologue | psychothérapeute | psychanalyste

pour adolescents

LE HAVRE

 

52 rue Deschamps Le Havre

06 99 58 51 48

Opposition, agressivité, conduites à risque, addictions, toxicomanie, actes de délinquance, fugues, ou, au contraire comme chez certains enfants, repli sur soi, inhibition, tristesse, angoisse dépressive, anorexie, boulimie. Il faut aussi noter l’agressivité retournée contre soi : les scarifications et tentatives de suicide. Tout aussi inquiétant, les idées de grandeur, les hallucinations auditives ou visuelles (les plus manifestes), mais aussi les hallucinations olfactives, gustative, kinesthésiques ou tactiles.

L’adolescence est un moment de transformations qui peut se manifester de façon douloureuse ou inquiétante. Ces transformations peuvent affecter les capacités de traitement de la réalité et d’adaptation sociale de l’adolescent. Les processus d’idéalisation sont parfois massifs, ce qui a pour conséquence de rendre les situations sociales particulièrement décevantes.

Il faut par ailleurs souligner la nécessité devant laquelle se trouve l’adolescent de faire son deuil du monde de l’enfance et, par conséquent l’ambivalence à laquelle il se trouve confronté. En effet, il désire devenir adulte, vivre indépendant et de la façon la plus libre possible sa sexualité.

Dans le même temps, tout cela lui fait peur sans qu’il en ait nécessairement tout à fait conscience. D’où des manifestations souvent incomprises des adultes devant leur enfant qui se cherche et qui, faute de pouvoir suffisamment élaborer psychiquement ses conflits internes, les met en acte. Les symptômes ainsi mis en avant (comportements bruyants ou somatisations) disent sa souffrance dans le même temps qu’ils en masquent le sens.

Comme pour les jeunes enfants, la prise en charge institutionnelle des adolescents au Havre, mais comme dans bien d’autres grandes villes en France, est compliquée faute de moyens. Un suivi psychothérapeutique peut pourtant s’avérer d’une aide précieuse dans la mesure où il va inviter l’adolescent à faire un travail d’élaboration psychique de ce qui le tourmente au lieu de l’exprimer sous la forme de comportements auto ou hétéro-agressifs ou sous la forme de somatisations.

Là encore, lorsque la situation de la famille le permet, le recours à un psychologue clinicien exerçant en libéral peut être une solution à envisager.